VIRER DE BORD

Bien effectuer son virement de bord

Partager


Virement de bord

Voir nos différentes sessions

Le virement de bord est une manoeuvre de base relativement facile à réaliser même par vent soutenu à condition de parvenir à une bonne coordination de l'équipage.

Ici, la bôme passe au-dessus du pont mais ne balaiera pas tout sur son passage.

C'est la raison pour laquelle on préfère un virement à un empannage quand il faut passer d'un bord sur l'autre par vent fort.

Le virement est largement préférable à partir de force 5 pour les équipiers de niveaux intermédiaire et à force 6 pour les marins confirmés.

virement de bord - vidéo la voile en ligne

Définition

Un virement de bord pour un voilier consiste à passer d'un bord sur l'autre avec le vent de face.

Les voiles vont donc changer de côté comme pour un empannage.


Virer de bord
Virer de bord
Illustration virer de bord
Illustration virer de bord


D'où vient le danger ?

Dans le cas d'un virement de bord, une manoeuvre où le passage de la bôme est moins violent que dans un empannage où le bateau change également d'amure.

On s'assurera simplement que personne ne se trouve sur le passage de la bôme, ni debout sur le pont ni trop haut dans le cockpit. Les géants devront s'assurer de se baisser ou d'être assis au moment du virement.

Voir nos différentes sessions


Placement des équipiers

Une personne à chaque winch de génois selon le nombre d'équipiers disponibles.

Une personne à la grand-voile pour gérer l'écoute et le chariot.

Le barreur dirige la manoeuvre.

Personne ne doit être assis à côté du chariot de grand-voile.

Ceux qui ne participent pas à la manoeuvre iront se placer à l'arrière ou à l'intérieur du bateau.

Un barreur averti en vaut deux...

Dans un virement de bord, le bateau va devoir passer d'un côté à l'autre du lit du vent sans autre moyen de propulsion que l'erre (la vitesse) accumulée. Pour éviter de se retrouver stoppé face au vent en pleine manoeuvre, il va donc falloir garantir un maximum de vitesse au bateau, surtout pour passer les vagues quand la mer est formée.

Pour ce faire, il faut d'abord caler le bateau sur une allure de près, c'est à dire entre 45 et 60° du vent (la girouette pointe vers le quart avant du bateau). C'est l'allure (angle bateau-vent) à laquelle le bateau penche le plus.

Nota bene

Si le bateau «se redresse » et que la girouette pointe quasiment dans l'axe du bateau, c'est que le barreur est trop près du vent. Il faut alors abattre (c'est-à-dire s'écarter du vent) pour reprendre suffisamment de vitesse pour virer de bord.

 

Si le bateau «se redresse » et que la girouette est perpendiculaire au bateau ou légèrement sur l'arrière, le barreur est trop loin du vent. Il devra lofer (se rapprocher du vent) et revenir au près pour reprendre la vitesse suffisante pour virer de bord


Chronologie de manoeuvre

-vérifier que les écoutes de grand-voile et de génois soient lovées et prêtes à filer

-le barreur amène le bateau au près, c'est-à-dire avec la girouette orientée à un quart vers l'avant du bateau (au besoin les équipiers bordent les voiles pour assurer le maximum de vitesse au bateau

-le barreur annonce la manoeuvre fort et clair aux équipiers par la question ?
parés à virer??

-l'équipier de génois sous le vent (celui qui va choquer l'écoute) s'assure qu'il ne marche pas sur son écoute et enlève un tour du winch sans lâcher de mou pour garder le génois gonflé, puis annonce « paré » au barreur

l'équipier de génois au vent (celui qui va border l'écoute) fait deux tours d'écoute au winch en sens horaire puis annonce également « paré » au barreur

-l'équipier de grand-voile s'assure que sa voile est propulsive, que l'écoute et les palans de chariot sont clairs et prêts à filer puis annonce « paré » au barreur

-le barreur annonce fort et clair « on vire» aux équipiers, puis il oriente sa barre jusqu'en butée pour faire tourner rapidement le bateau vers le vent

-quand l'avant du génois commence à déventer, l'équipier placé au vent choque rapidement son écoute en s'assurant qu'elle ne file bien dans la poulie de renvoi

Nota bene

En cas de vent fort, laisser un tour ou deux sur le génois pour que le winch amortisse les à-coups de la voile sur l'écoute. Quand la tension redevient gérable, enlever les derniers tours du winch pour filer le reste d'écoute (cette technique ne retarde en aucun cas le virement si elle est bien orchestrée).

-quand les voiles passent de babord à tribord ou inversement, le barreur redresse sa barre pour conserver une allure de près (angle bateau-vent entre 45 et 60° du vent , la girouette pointe vers le  quart avant du bateau)

-l'équipier de génois sous le vent borde l'écoute (il récupère le mou) à la main par des gestes amples.

Nota bene

Mettre un pied en arrière pour éviter les chutes. Prévenir les personnes proches de se reculer pour éviter les coups de coude dans la figure (ouille)

-amener le bateau sur son nouveau cap

-régler les voiles pour la nouvelle allure et faire route.